X
Bientôt fans, merci !
Pourquoi pas vous ?
Facebook J'aime Paris 1
Le Projet de recherche EUROSCIENTIA » Système d'information historique

Système d'information historique

Anglais
Allemand

La base de données Euroscientia : La visualisation des savoirs d’État dans leur dynamique temporelle et spatiale (individus, institutions, médias)

 

Un des objectifs centraux du projet international EUROSCIENTIA est d’élaborer une base de données collaborative scientifique, qui permettra de mener diverses analyses de la spatialisation et de la circulation des savoirs d’État à l’époque du Sattelzeit. Il s’agit tout autant de rendre intelligible la complexité des relations et connexions entre individus et institutions que de mettre en lumière la dynamique et la distribution spatiale des savoirs pertinents pour l’État.

L’étude de la République des lettres reste essentiellement appuyée sur les correspondances de ses membres ou sur les périodiques qu’ils dirigent et alimentent de leurs écrits. En revanche, l’étude des sciences « nationales » adopte le plus souvent une perspective « internaliste » qui analyse la construction disciplinaire dans un lieu ou un espace national donné. Le projet EUROSCIENTIA a pour objectif de décloisonner ces approches en prenant en compte les différentes formes de la production des savoirs et en croisant les données dans le temps et dans l’espace afin de produire un Système d’Information Historique c’est-à-dire un ensemble organisé de ressources permettant de structurer et de communiquer ces informations.

A la différence d’une approche monographique ou « internaliste », le Système d’Information Historique a pour but de mettre en évidence les synergies et les processus de spécialisation qui forment et reconfigurent les savoirs d’Etat.

Le projet vise donc à visualiser de façon dynamique, dans l’espace et dans le temps, comment se forment les savoirs d’Etat en Europe. Il s’agit donc de comprendre comment se forment des „laboratoires „, ou des „espaces de savoir“ par points ou réseaux.

Le système permettra de visualiser non seulement "l’Europe savante“ à partir des données existantes (capitales administratives et résidences, collèges et universités, principaux libraires et revues encyclopédiques ou „patriotiques“ orientées vers la diffusion de savoirs pratiques....) mais aussi les „laboratoires“ ou des „espaces de savoir“ d’Etat à partir de la superposition des données actuellement disponibles et de celles fournies par les chercheurs EUROSCIENTIA.

Le groupe de recherche procède selon les principes du datawarehousing (entrepôt de données), qui présente au moins deux atouts principaux pour les finalités du projet : premièrement, les bases de données décisionnelles ou datawarehouse permettent de conserver les axes de recherche thématiques originaux de bases de données individuelles, tout en intégrant des données sélectionnées dans les analyses d’une « base de données commune Euroscientia », dotée de possibilités de requête spécifiques. Deuxièmement, il est possible d’y rassembler les données les plus variées issues des multiples logiciels de tous les chercheurs. L’originalité de la technique et des contenus des projets individuels est donc préservée et pourtant il est parfaitement possible d’effectuer des interrogations transversales à partir de données sélectionnées.

Une partie de notre groupe est actuellement à l’étape de la modélisation des données, une autre a déjà saisie des données. La complexité des références spatiales et temporelles, avant tout, requiert des discussions approfondies et des concertations minutieuses entre chercheurs. Les données collectives pertinentes sont déterminées à partir des projets individuels, les possibilités analytiques de la base de données générale sont tout autant débattues que les particularités des différents projets des chercheurs.

Un atelier a été organisé avec des experts internationaux à l’université de Cologne en novembre 2011, «  The challenge of historical cartography » (cf. le compte rendu du colloque dans la rubrique « manifestations/archives »). L'équipe d'Euroscientia est fortement intégré dans l'espace européen d'un champ en plein essor: Les Digital Humanities. Le groupe commence à tester la base de données Euroscientia avant la fin de 2013. La base de données sera mise en ligne en 2014.


Les savoirs d'État suivants seront cartographiées par les chercheurs d'EUROSCIENTIA pour la période de 1750-1850:

Lothar Schilling (Augsbourg)
Intelligenzblätter en tant source pour étudier la circulation des savoirs d‘État

Isabelle Laboulais/Jakob Vogel/Paul-Arthur Tortosa (Paris/Strasbourg)
"Science des mines" – Le Journal de Mines et les voyages des ingénieurs

 

Christine Lebeau (Paris)
"Les sciences financières" – Zinzendorf: La bibliothèque d'un administrateur

 

Bruno Belhoste/David Armando (Paris)
Harmonia Universalis –  Les réseaux des mesmériens

Jean-Luc Chappey (Paris)
Le magasin encyclopédique - un espace de relations scientifiques et intellectuelles entre la France et l'Allemagne

Rita Hombach / Petra Overath (Köln)
Le Allgemeine Teutsche Gartenmagazin – La circulation des savoirs d‘Etat dans les champs de l’agronomie et horticulture

Martin Braun (Köln)
Les réseaux des Loges franc-maçonniques